Comment «La Belle Époque» a transformé Paris en ville que nous connaissons et aimons aujourd'hui

0
28

Art Belle Epoque

Mary Cassatt, «Femme avec un collier de perles dans une loge», 1879 (Photo: domaine public Wikimedia Commons)

Lorsque vous pensez à Paris, ses illustres monuments me viennent probablement à l'esprit. Alors que certains de ces monuments datent du Moyen-Âge, beaucoup d'entre eux ont été construits La Belle Époque.

Émergeant à la fin du XIXe siècle, cet «âge d'or» a vu la construction d'icônes allant de l'emblématique Tour Eiffel aux sinueuses entrées du métro de la ville. L’architecture n’était cependant pas la seule forme d’art transformée par la touche dorée de La Belle Époque; L'art et la littérature française ont également fait de grands progrès au cours de cette période, aboutissant à un phénomène culturel pas comme les autres.

Quel est La Belle Époque?

Architecture Belle Epoque

Photos de Everett Historical / Shutterstock

Littéralement traduit par «la belle ère"La Belle Époque de Paris a duré de 1871 à 1914. Pendant cette période, plusieurs aspects de la culture parisienne ont connu des développements importants. Dans les beaux-arts, les pionniers impressionnistes, cubistes et fauves ont révolutionné la peinture et les graphistes ont élevé la gravure à une forme d'art. Les architectes ont exécuté des plans pour un nouveau Paris, tandis que les écrivains ont fait leur marque avec une approche plus moderne de la narration.

Qu'est-ce qui a déclenché un âge d'or aussi complet? Pour le savoir, il faut contextualiser cet événement culturel dans l'histoire.

Contexte historique

Histoire de la Belle Epoque

Anglais: La rue de Rivoli après les combats et les incendies de la Commune de Paris, Paris 4e arr. À l'arrière-plan, l'hôtel de ville de Paris, 1871 (Photo: Wikimedia Commons Public Domain)

Au cours de l'été 1871, la ville lumière a trouvé sa place après la chute du Commune de Paris. La Commune de Paris était un gouvernement révolutionnaire né de la défaite de la France pendant la guerre franco-prussienne et, par conséquent, de l'effondrement du Second Empire de Napoléon III. Soutenue par la Garde nationale, cette commune radicale de gauche a pris le pouvoir le 18 mars et a gouverné Paris jusqu'au 28 mai, date à laquelle la ville a été récupérée par l'armée française, mais non sans se battre.

Pendant la violente confrontation, des immeubles à travers Paris – y compris des appartements haussmanniens dans la rue animée de Rivoli, Hôtel de Ville, L'hôtel de ville de Paris et, plus symboliquement, le palais des Tuileries, ont été incendiés. En conséquence, le nouveau gouvernement a été confronté à la tâche de reconstruire Paris. Alors que certains bâtiments ont été restaurés à leur état d'origine, d'autres ont été reconstruits dans un nouveau style ou remplacés entièrement. En tout cas, ces projets ont inauguré une nouvelle période parisienne: La Belle Époque.

Contributions culturelles

Architecture emblématique

Architecture Belle Epoque

Intérieur du Palais Garnier, carte postale de 1909. (Photo: Domaine public Wikimedia Commons)

Les développements architecturaux de Paris pendant La Belle Époque ne peuvent être sous-estimés. En plus de tour Eiffel—Un «grand pylône» conçu pour servir d'entrée au Exposition Universelle, ou Exposition universelle, en 1889 – la période a vu la construction de bâtiments Beaux-Arts comme le Gare d'Orsay (l'actuel Musée d'Orsay), le Petit Palais, les Grand Palais, et le Palais Garnier, Premier opéra de Paris. Les coupoles éblouissantes de Grands Magasins, ou grands magasins, ont changé l'horizon; Entrées Art Nouveau transformé le métro; et les romano-byzantins Sacré Coeur insufflé une nouvelle vie au cœur de Paris.

Art d'avant-garde

Affiches Belle Epoque

Jules Chéret, «Bal du Moulin Rouge», 1889 (Photo: domaine public Wikimedia Commons)

Dans fin de siècle («Fin du siècle») Paris, l'art a subi une refonte avant-gardiste. Jusqu'aux années 1870, la plupart des peintres français s'accrochaient aux goûts traditionnels de la Académie des Beaux-Arts. Cette prestigieuse organisation parisienne organise des salons annuels qui présentent une collection d'art soigneusement sélectionnée. En règle générale, le jury a privilégié les œuvres présentant des sujets conventionnels, des portraits historiques aux allégories religieuses. Réagissant contre ces normes étouffantes, un groupe d'artistes – dont Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir, Edgar Degas et Camille Pissarro – a commencé à travailler dans un style caractérisé par un pinceau irréaliste et un sujet ordinaire. Ils ont organisé des expositions indépendantes et sont finalement devenus les Impressionnistes.

Les impressionnistes ont ouvert la voie à d'autres mouvements modernistes, dont les fous de couleurs Fauvisme, abstrait Cubismeet éclectique Post-impressionnisme. Mais en plus de la peinture, La Belle Époque connaît des avancées majeures dans le graphisme, lorsque Jules Chéret, le «père de l'affiche moderne», présente le lithographie couleur. Avec cette nouvelle technologie, des artistes comme Henri de Toulouse-Lautrec et Alphonse Mucha ont hardiment immortalisé les cafés, cabarets et clubs qui ont coloré Paris au tournant du siècle.

Écrivains notables

Écrivains de la Belle Époque

Portrait de Victor Hugo (vers 1871) (Photo: Domaine public Wikimedia Commons)

Pendant La Belle Époque, Paris est devenu un centre d'écrivains. Parmi ses figures les plus influentes figuraient les pionniers Guy de Maupassant et romancier naturaliste, dramaturge et journaliste Émile Zola. Même écrivain romantique Victor Hugo—Qui a été élevé à Paris mais a vécu en exil à partir de 1851 — est retourné dans la capitale française en 1871 à l'âge de 68 ans.

Alors qu'il écrivait ses œuvres les plus célèbres de Paris des années plus tôt (Le Bossu de Notre Dame et Les misérables en 1831 et 1862, respectivement), son travail de longue date et son amour de Paris ont sans aucun doute inspiré les écrivains à fuir dans la capitale pendant La Belle Époque.

La fin d'une ère

Architecture Belle Epoque

Stock Photos de Premier Photo / Shutterstock

Tout comme le conflit militaire a déclenché l’âge d’or de Paris, il l’a également éteint. Le début de Première Guerre mondiale a mis un terme brutal à la période de prospérité, les récents développements culturels de Paris ayant été éclipsés par les efforts de mobilisation. En effet, c'est pendant la guerre que La Belle Époque reçut rétroactivement son nom romantique.

Bien que l'ère soit terminée depuis longtemps, sa présence peut encore être vue et ressentie dans toute la ville lumière, illustrant l'étendue de son influence et l'héritage immuable de Paris. "Celui qui contemple les profondeurs de Paris est pris de vertige", écrit Victor Hugo. «Rien n'est plus fantastique. Rien de plus tragique. Rien n'est plus sublime. "

Articles Liés:

5 musées incontournables à Paris (qui ne sont pas le Louvre ou le Musée d'Orsay)

5 faits incontournables sur l'étonnant Arc de Triomphe de Paris

6 endroits à Paris où vous pourrez encore découvrir la magie médiévale de Notre-Dame

Jetez un coup d'œil à l'intérieur de la plus ancienne chocolaterie de Paris